La Botanique

 

 

" Aujourd'hui , les hommes parlent plus facilement à leur console d'ordinateur qu'à leurs enfants , ils créent des besoins artificiels dès que les véritables sont satisfaits , ils jettent les vieux dans des mouroirs et ils ne paient qu'après Noël comme dit une publicité devenue très banale.

 

Aujourd'hui , le hommes s'entassent dans des villes de béton et vivent sans espace, sans air et sans lumière .

 

Aujourd'hui , pas un de nos enfants ne connait la différence entre un frêne et un chêne , un orme et un charme . Tous en revanche connaissent les marques de voiture ou les héros de science fiction "made in Japan" .

 

Certes, on peut très bien vivre sans savoir que les ormes meurent , mais tout cela traduit une évolution qui nous éloigne de notre milieu naturel , sans que personne ne sache où cela nous mènera "

(Christian Signol)

 une petite phrase indienne (on les appelait "sauvages".....mais ils "SAVAIENT" )

:

"Quand le dernier arbre sera abattu

Le dernier poisson pêché

La dernière rivière asséchée

Les hommes vont s'apercevoir que l'argent n'est pas comestible "

 

Un petit texte d'Olivier de Kersauson  auquel j'adhère 

 

"Le jour où je vais disparaître , j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimée et beaucoup respectée . Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable , l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme , le clapotis . Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés , chéris, choyés . Je suis poli, voilà , ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés . Le passé , c'est bien, mais l'exaltation du présent , c'est une façon de se tenir , un devoir.

Dans notre civilisation, on maltraite le présent  , on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a  . On se plaint de ce que l'on voudrait avoir . Drôle de mentalité . Se contenter, ce n'est pas péjoratif . Revenir au bonheur de ce que l'on a c'est un savoir vivre "

 

 

 

 Si je me suis installée à la campagne, c'est  entre autres pour pouvoir me promener à loisir dans la nature , vivre plus "vraiment"

Observer la nature est un plaisir sans cesse renouvelé qui déstresse et apaise.

Mais depuis pas mal de temps déjà, je regrettais de ne pouvoir identifier toutes ces plantes sauvages que je vois tous les jours

Grâce à un cours de botanique pour débutants suivi sur internet ainsi que divers livres.......je m'y essaie ....et me fais un petit herbier photos personnel.

Cela pimente les promenades .

Quelle joie quand je rentre d'avoir identifié et photographié une ou plusieurs plantes......

De me renseigner , de découvrir tout ce qui les concerne.

Quelle joie au cours des promenades suivantes de les voir évoluer au cours des saisons.......

des heures et des heures de vrai plaisir!

 

Apprise dans mes jeunes années....... cette jolie chanson sans doute "prémonitoire" , me trotte souvent dans la tête! :

 

"" Colchiques dans les prés"

"Colchiques dans les prés

Fleurissent , fleurissent

Colchiques dans les prés

C'est la fin de l'été

 

Refrain

La feuille d'automne

emportée par le vent

En ronde monotone

tombe en tourbillonnant

 

Châtaignes dans les bois

se fendent , se fendent

châtaignes dans les bois

se fendent sous les pas

 

Nuages dans le ciel

s'étirent , s'étirent

nuages dans le ciel

s'étirent comme une aile

 

Et ce chant dans mon coeur

murmure, murmure

et ce chant dans mon coeur

appelle le bonheur "